Vivre pour voyager ou voyager pour être vivant ?

Catégories Réflexion
Pourquoi voyager autour du monde

Construire sa vie d’un bout à l’autre, vivre de ses choix et batailles, enrichir son existence de passions, l’agrémenter de petits bouts du monde, voilà ma définition du voyage. Ce n’est pas tant se déplacer d’un point A à un point B ; le voyage est aussi pour moi un outil efficace pour comprendre qui l’on est et ce que l’on souhaite devenir.

Le chemin pour y arriver

Parfois, la route peut sembler longue, sinueuse et semée d’embûches, mais bien souvent, si l’on cherche un peu, il existe de petits raccourcis ou détours qui la rendent plus belle et accessible. Cela peut se faire au travers du sentiment d’être libre de faire ce qui nous plaît, des rencontres que l’on fait au courant de notre vie, des leçons que l’on en retire, des défis que l’on se lance ou des expériences que l’on vit.

Par le passé, les hommes voyageaient pour leur survie. Les guerres de territoires, les maladies, les besoins primaires, poussaient ces hommes à se déplacer coûte que coûte. Aujourd’hui, les motivations des hommes ou disons des voyageurs ont bien changé ! On voyage principalement par plaisir ou envie de découvrir d’autres horizons. Il arrive parfois que le voyage soit initié pour combler un manque ou se donner une raison d’exister ; ne pas juste être là à attendre que le temps/la vie défile sous nos yeux et nous passe entre les doigts.

Inside or outside

Alors que beaucoup ont tendance à penser que pour voyager, il faut obligatoirement partir loin de chez soi, le voyage peut aussi commencer dans son canapé. Les livres, les films, les récits de voyageurs (par médias ou IRL) sont un excellent moyen de le faire. On se plonge instantanément dans des territoires inconnus. On laisse libre court à son imagination. Une porte s’ouvre sur le monde. Les pensées se transforment en mots, les mots en images.

Et à un moment de notre vie, on en a assez de rêver ou d’écouter tous ces récits. Notre curiosité et nos émotions sont si sollicitées, qu’elles nous poussent à vouloir faire nos propres expériences. On veut juste être libre, arrêter de courir après le temps, apprécier le monde qui nous entoure. Le vivre pleinement, personnellement et intensément.

Franchir le pas : plus fort que tout

Alors pour se sentir vivant, on plie bagages, on quitte son quotidien, on parcourt le monde, on se laisse porter par les rencontres, on croit en leur pouvoir, on profite des opportunités grandissantes et spontanées, on se transforme, on s’alimente de souvenirs, de sourires. On met enfin des images sur notre imagination. On voyage réellement pour voir le monde et les choses telles qu’elles sont et non comme on voudrait qu’elles soient.

Chaque jour, on repousse un peu plus nos limites, on se sent plus libre et inspiré. On apprend à vivre différemment. On se confronte à nos propres connaissances : intellectuelles, psychologiques, physiques.

Au final

Et quand la boite à souvenirs est pleine, on se pose quelque part où l’on se sent bien (chez soi, sa famille, ses amis, des inconnus) et on profite encore du voyage pour convertir en compréhension durable toute la profondeur et le sens des expériences que l’on vient de vivre.

Alors oui, pour moi, voyager, c’est se sentir vivant. C’est apprendre sur soi jour après jour et évoluer au contact des autres.


« Cet article participe à l’événement inter blogueurs “Pourquoi voyager, c’est se sentir vivant” organisé par le blog Grainedevagabonds dont j’apprécie particulièrement l’interview d’un couple de digital nomade qui baroude en van. Vous comprendrez pourquoi ! Si vous aimez cet article, partagez-le, ça nous aidera à faire connaître ce blog ».


Pour aller plus loin, voici une vidéo très inspirante. Et pour encore plus d’impact, à visionner en vitesse audio x 1,5.

https://youtu.be/7X1A_8sEyZ4

3 commentaires sur “Vivre pour voyager ou voyager pour être vivant ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *